Un bouleversement de l’Occident chrétien  —  Pierre Michel Bourguignon

En consacrant l’existence politique de la révolte protestante, en donnant corps à la notion émergente de l’intérêt national et en lui donnant priorité sur l’unité de la foi et sur le bien commun de la chrétienté, en excluant de fait le souverain pontife des conventions établies entre princes chrétiens, le traité de Westphalie a mis fin à mille ans de chrétienté et accompli une œuvre de disso­lution dont nous souffrons encore aujourd’hui.

Et pourtant ce traité est souvent considéré et présenté en France, comme un modèle de sagesse politique, comme le point de départ d’une précieuse paix fondée sur l’équilibre européen, comme le triomphe posthume de Richelieu auquel nous serions redevables de l’éclosion de la grandeur de la France.

« Quiconque lira à l’avenir le traité fait en faveur des Suédois et des protestants d’Allemagne­ sous l’appui de la France, au préjudice de l’Église, ne se pourra jamais p­ersuader qu’il soit d’autre conseil et d’autre esprit que celui d’un Turc ou d’un Sarrasin déguisé sous le manteau d’un cardinal (Jean Rousse, curé de Saint-Roch, 1649).»

Année d'édition : 2005

Format : 17 × 24 cm

192 pages

ISBN 9782951784529

Prix : 8 €

© Copyright 2013-2015    |   ASJ - Association Saint-Jérôme    |   3, allée de la sérénité    |   33490 Saint-Maixant (France)